Guillaume Levil présente quatre courts-métrages

Mardi 13 juin, nous avons invité Guillaume Levil, réalisateur et scénariste, à présenter quatre de ses courts-métrages : « Arthur Rambo », « Princesse de Jérusalem », « La valise rouge » et « Courir toute nue dans l’Univers ».

Guillaume Levil, a grandi entre Digne-les-Bains et la Réunion. Ce sont ses deux cultures, ses deux identités.

Le court-métrage « Arthur Rambo » (2018, 0’12) a été tourné à la Réunion. Il raconte une véritable anecdote de son enfance : l’amitié entre Guillaume, issu d’une famille aisée, et son meilleur ami, Alain, issu d’un milieu défavorisé. Cette amitié était très importante pour Guillaume, mais le monde des adultes a séparé les deux amis, reflétant le problème de la lutte des classes. Il n’a plus jamais revu Alain…

Le deuxième court-métrage projeté était « Princesse de Jérusalem » (2021 / 0’26), un conte social, entièrement tourné à Digne-les-Bains : on y reconnait notamment l’Office de tourisme, le boulevard Soustre. Une rue qui a été traversée, tant bien que mal, par la limousine de la fameuse « Princesse » du film… !

« De temps en temps, j’ai besoin de revenir à Digne. Digne c’est le retour aux sources ». Guillaume y a tourné 2 documentaires (« Le problème du pantalon » et « Les vénérables dessous ») et 2 courts-métrages (« La princesse de Jérusalem » et « Oté »).

« Arthur Rambo » et « Princesse de Jérusalem » sont complémentaires : « Une fois qu’on a La Réunion et Digne, on a tout Guillaume Levil, donc c’était très appréciable de voir ces deux courts-métrages projetés ensemble » a t-il déclaré.

Guillaume a ensuite fait le choix de nous présenter « La valise rouge » (2022/ 0’17) , qu’il a coécrit avec Cyrus Neshvad, un court-métrage qui lui a valu d’aller à Hollywood, puisque il était nommé dans la catégorie « meilleur court-métrage étranger » en 2023…

Guillaume nous en dit quelques mots : « C’est un film sur la condition des femmes iraniennes, chose qui me touche particulièrement parce que les personnes qui m’ont le plus marqué dans ma vie ce sont des femmes, y compris ma mère. J’ai horreur de l’injustice faite aux femmes, j’ai horreur de l’injustice face aux enfants, c’est pour ça que dans tous mes films il y a soit l’enfance soit la féminité. Et c’est pour ça que dans « Arthur Rambo », il y a l’enfance, et pour « La Valise rouge », j’étais super content de rencontrer Cyrus Neshvad, le réalisateur, parce que lui aussi n’a envie de parler que de l’enfance ou des femmes, et là en l’occurrence, on s’est retrouvés autour de ce sujet : une jeune femme, oppressée par son pays ».

La soirée s’est finie avec la projection d’une comédie : « Courir toute nue dans l’univers » (2019 / 0’17).

«J’adore la comédie. Quand je réalise des films, que ce soit en documentaire ou en fiction, je ne veux pas être dans la réalité des choses de manière frontale. J’aime détourner la réalité pour dire les problèmes de la société, de manière pas frontale mais quand même de dénoncer ou d’aborder les problèmes de société. J’aime quand c’est du conte, du thriller etc… ».

« Il faut toujours finir sur une comédie pour bien dormir après ! » plaisante Guillaume.

À l'affiche
mar 30 avril 2024
mar 14 mai 2024
mar 21 mai 2024
mar 21 mai 2024
Derniers articles
Tarifs
Partager